Quelques mots pour vous présenter CHANDA, notre nouvelle boursière en Inde à Jharia

Posted in: Les enfants : que deviennent ils ?
Tags:

Quelques mots pour vous permettre de mieux connaître CHANDA, notre nouvelle boursière à Jharia en Inde.

 

Les conditions socio économiques de la région, et plus particulièrement de Jharia, font que l’éducation y est négligée.
Beaucoup de familles, comme la famille de CHANDA, sont des fermiers sans terre qui migrent des villages de l’état de Bihar vers le bassin houiller de Jharia pour gagner un peu d’argent…

Le village où vit CHANDA jouxte la ville de Jharia, la cité du charbon. Son village est à l’image de toutes ces bourgades crées par des hommes en quête d’un travail et du minimum pour faire vivre leur famille. Sans eau courante, sans électricité, la vie est un combat pour les habitants du village.

Pour tenter d’améliorer ce quotidien difficile, CHANDA et les autres familles du village vivent d’un commerce anarchique : elles prélèvent du charbon dans la mine à ciel ouvert qui borde le village.

A Jharia, les enfants se lèvent à 5 heures du matin. Après deux heures passées à la mine, CHANDA se prépare pour rejoindre le Chemin de l’Ecole : les cours débutent à 10 h. Une heure tardive indispensable pour permettre aux enfants de traverser les campagnes locales.

En Inde, malgré les conditions économiques des pauvres, 98 % des enfants sont scolarisés au primaire.

Dans les classes de Jharia, les élèves sont si nombreux qu’ils portent un numéro et non pas un nom. Mais Chanda se sent heureuse dans sa classe, consciente du dévouement de ses professeurs.

CHANDA étudie en hindi, elle ne parle pas anglais. L’une des priorités de la bourse scolaire mise en place par l’association : lui permettre d’apprendre l’anglais et ce grace à Pinaki Roy, notre partenaire à Jharia.

 

There are no comments published yet.

Leave a Comment

14 + treize =

Change this in Theme Options
Change this in Theme Options